Billet — Astuces

Mars 2021

Le bruit en photographie : qu’est-ce que c’est et comment le réduire ?

Billet — Astuces

Mars 2021

Le bruit en photographie : qu’est-ce que c’est et comment le réduire ?

Le bruit en photographie peut être complexe à appréhender. Pourtant, afin de maximiser la qualité de vos images, il est crucial de comprendre ce qu’est le bruit et comment il est possible de le réduire.

Le bruit en photographie peut être complexe à appréhender. Pourtant, afin de maximiser la qualité de vos images, il est crucial de comprendre ce qu’est le bruit et comment il est possible de le réduire.

Qu’est-ce que le bruit en photographie ?

On appelle « bruit » de l’image la fluctuation indésirable de la couleur ou de la luminance qui obscurcit les détails de celle-ci et en dégrade la qualité.

Il existe deux types de bruit : le bruit de grenaille, aussi appelé bruit de Schottky ou bruit quantique, et le bruit numérique. Alors que le premier est causé par des photons aléatoires dans la scène photographiée, le bruit numérique est dû au capteur de votre appareil photo. Bien qu’ils proviennent de sources différentes, ces deux types de bruit sont très similaires, et presque indissociables.

Photographie d'une petite fille qui saute (Trame originale), Jacques JoffrePhotographie d'une petite fille qui saute traitée avec HDRinstant

Différence entre les niveaux de bruit. L’image de gauche est « bruitée ».

Qu’est-ce que le bruit en photographie ?

On appelle « bruit » de l’image la fluctuation indésirable de la couleur ou de la luminance qui obscurcit les détails de celle-ci et en dégrade la qualité.

Il existe deux types de bruit : le bruit de grenaille, aussi appelé bruit de Schottky ou bruit quantique, et le bruit numérique. Alors que le premier est causé par des photons aléatoires dans la scène photographiée, le bruit numérique est dû au capteur de votre appareil photo. Bien qu’ils proviennent de sources différentes, ces deux types de bruit sont très similaires, et presque indissociables.

Photographie d'une petite fille qui saute (Trame originale), Jacques JoffrePhotographie d'une petite fille qui saute traitée avec HDRinstant

Différence entre les niveaux de bruit. L’image de gauche est « bruitée ».

Qu’est-ce qui peut engendrer du bruit ?

Les situations de faible luminosité ont un impact sur le rapport signal/bruit et peuvent ainsi introduire du bruit dans votre image. Le signal fait référence à l’information réelle, aux données que vous allez capturer lors de votre prise de vue.  L’idée est de capturer suffisamment de signal afin de maîtriser le bruit et d’obtenir ainsi une image de meilleure qualité. Pour compenser une faible luminosité, les photographes ont plusieurs outils à leur arc: ils peuvent régler un ISO élevé, une vitesse d’obturation plus longue ou une plus grande ouverture de diaphragme. 

Qu’est-ce qui peut engendrer du bruit ?

Les situations de faible luminosité ont un impact sur le rapport signal/bruit et peuvent ainsi introduire du bruit dans votre image. Le signal fait référence à l’information réelle, aux données que vous allez capturer lors de votre prise de vue.  L’idée est de capturer suffisamment de signal afin de maîtriser le bruit et d’obtenir ainsi une image de meilleure qualité. Pour compenser une faible luminosité, les photographes ont plusieurs outils à leur arc: ils peuvent régler un ISO élevé, une vitesse d’obturation plus longue ou une plus grande ouverture de diaphragme. 

ISO élevé

Lors d’une prise de vue, chaque pixel émet un signal à la rencontre de la lumière. En cas de faible luminosité, les pixels ont peu de fluctuation de lumière à signaler, mais sont amplifiés par des réglages ISO élevés. Lorsque l’ISO élevé, le capteur de l’appareil photo devient plus sensible à la lumière. Plus l’ISO est élevée, plus la photo sera lumineuse. Il y a néanmoins un compromis à faire : en augmentant l’ISO, on ajoute plus de bruit à l’image finale. Il est important de noter que les réglages ISO n’ont aucun impact créatif sur votre photographie, contrairement à l’ouverture de diaphragme et à la vitesse d’obturation.

ISO élevé

Lors d’une prise de vue, chaque pixel émet un signal à la rencontre de la lumière. En cas de faible luminosité, les pixels ont peu de fluctuation de lumière à signaler, mais sont amplifiés par des réglages ISO élevés. Lorsque l’ISO élevé, le capteur de l’appareil photo devient plus sensible à la lumière. Plus l’ISO est élevée, plus la photo sera lumineuse. Il y a néanmoins un compromis à faire : en augmentant l’ISO, on ajoute plus de bruit à l’image finale. Il est important de noter que les réglages ISO n’ont aucun impact créatif sur votre photographie, contrairement à l’ouverture de diaphragme et à la vitesse d’obturation.

Ouverture de diaphragme et vitesse d’obturation

Considérez l’ouverture de diaphragme comme les pupilles de vos yeux. Les pupilles s’adaptent à la quantité de lumière. Elles s’ouvrent dans des conditions de basse luminosité et se dilatent dans les environnements sombres pour laisser entrer plus de lumière. Alors que l’ISO détermine la vitesse à laquelle la lumière atteint le capteur de votre appareil photo, l’ouverture de diaphragme détermine la quantité de lumière qu’elle laisse entrer. Une ouverture plus petite laisse entrer moins de lumière mais augmente la profondeur de champ. Une ouverture plus grande laisse entrer plus de lumière dans votre appareil photo mais diminue la profondeur de champ. Cela peut entraîner du flou dans votre image. 

Un autre facteur important est votre vitesse d’obturation, c’est-à-dire la durée d’exposition de votre capteur. Un temps d’exposition plus long, c’est-à-dire une vitesse d’obturation lente, permettra d’introduire plus de lumière. La vitesse d’obturation peut compenser les images qui apparaissent trop claires ou trop sombres selon l’ouverture de diaphragme choisie. Cependant, si vous prenez des photos à vitesse d’obturation lente, il est capital de stabiliser votre appareil ou d’utiliser un trépied afin d’obtenir des images nettes. Sinon, tout mouvement dans votre scène entraînera des trainées fantomatiques de fantôme ou des images floues.

Pour résumer, il peut être difficile de trouver le bon équilibre entre l’ISO, l’ouverture de diaphragme et la vitesse d’obturation. Par ailleurs, vous n’aurez peut-être même pas le temps de régler correctement ces variables si vous êtes sur le point de saisir un instant éphémère. Mais nous avons une solution pour vous !

Ouverture de diaphragme et vitesse d’obturation

Considérez l’ouverture de diaphragme comme les pupilles de vos yeux. Les pupilles s’adaptent à la quantité de lumière. Elles s’ouvrent dans des conditions de basse luminosité et se dilatent dans les environnements sombres pour laisser entrer plus de lumière. Alors que l’ISO détermine la vitesse à laquelle la lumière atteint le capteur de votre appareil photo, l’ouverture de diaphragme détermine la quantité de lumière qu’elle laisse entrer. Une ouverture plus petite laisse entrer moins de lumière mais augmente la profondeur de champ. Une ouverture plus grande laisse entrer plus de lumière dans votre appareil photo mais diminue la profondeur de champ. Cela peut entraîner du flou dans votre image. 

Un autre facteur important est votre vitesse d’obturation, c’est-à-dire la durée d’exposition de votre capteur. Un temps d’exposition plus long, c’est-à-dire une vitesse d’obturation lente, permettra d’introduire plus de lumière. La vitesse d’obturation peut compenser les images qui apparaissent trop claires ou trop sombres selon l’ouverture de diaphragme choisie. Cependant, si vous prenez des photos à vitesse d’obturation lente, il est capital de stabiliser votre appareil ou d’utiliser un trépied afin d’obtenir des images nettes. Sinon, tout mouvement dans votre scène entraînera des trainées fantomatiques de fantôme ou des images floues.

Pour résumer, il peut être difficile de trouver le bon équilibre entre l’ISO, l’ouverture de diaphragme et la vitesse d’obturation. Par ailleurs, vous n’aurez peut-être même pas le temps de régler correctement ces variables si vous êtes sur le point de saisir un instant éphémère. Mais nous avons une solution pour vous !

La réduction du bruit avec HDRinstant : simple et pratique

HDRinstant vous permet de surmonter les contraintes traditionnelles. 

Comment ce logiciel fonctionne-t-il ? Le procédé est très simple :

  • Vous filmez votre scène
  • Vous sélectionnez le meilleur moment de votre vidéo 
  • HDRinstant traite la trame choisie.
  • Votre photo est améliorée et le bruit présent sur la trame originale est considérablement réduit. Basé sur une technologie d’empilement, ce logiciel utilise plusieurs images de votre vidéo pour régler avec précision les détails des zones très sombres ou très lumineuses, augmentant ainsi le rapport signal/bruit.
Photographie de la Place de la Comédie (Trame originale)Photographie de la Place de la Comédie traitée par HDRinstant

Testez dès à présent HDRinstant !

La réduction du bruit avec HDRinstant : simple et pratique

HDRinstant vous permet de surmonter les contraintes traditionnelles. 

Comment ce logiciel fonctionne-t-il ? Le procédé est très simple :

  • Vous filmez votre scène
  • Vous sélectionnez le meilleur moment de votre vidéo 
  • HDRinstant traite la trame choisie.
  • Votre photo est améliorée et le bruit présent sur la trame originale est considérablement réduit. Basé sur une technologie d’empilement, ce logiciel utilise plusieurs images de votre vidéo pour régler avec précision les détails des zones très sombres ou très lumineuses, augmentant ainsi le rapport signal/bruit.
Photographie de la Place de la Comédie (Trame originale)Photographie de la Place de la Comédie traitée par HDRinstant

Testez dès à présent HDRinstant !