Billet — Histoire de la photographie

Avril 2020

Qui se cache derrière HDRinstant et Archive’Up ?

Billet — Histoire de la photographie

Avril 2020

Qui se cache derrière HDRinstant et Archive’Up?  

Vous connaissez désormais notre technologie grâce à ces deux logiciels mais savez-vous qui est à l’origine de cette innovation ? Voici ci-dessous le portrait de Jacques Joffre, créateur de la société HDRlog.

Du haut de ses 78 ans, Jacques Joffre est toujours animé par son amour pour la photographie. Ayant breveté sa technologie, ce professionnel n’a rien perdu de son ambition et de son goût du travail. Enseignant chercheur, photographe puis créateur du logiciel Photomatix, Jacques veut continuer à développer sa carrière professionnelle.

Vous connaissez désormais notre technologie grâce à ces deux logiciels mais savez-vous qui est à l’origine de cette innovation ? Voici ci-dessous le portrait de Jacques Joffre, créateur de la société HDRlog.

Du haut de ses 78 ans, Jacques Joffre est toujours animé par son amour pour la photographie. Ayant breveté sa technologie, ce professionnel n’a rien perdu de son ambition et de son goût du travail. Enseignant chercheur, photographe puis créateur du logiciel Photomatix, Jacques veut continuer à développer sa carrière professionnelle.

Une passion née au Maroc

Tout a commencé au Maroc dans les années 70. Jusqu’alors enseignant en chimie à l’université de Rabat, Jacques se lie d’amitié avec un de ses collègues de l’université pratiquant en parallèle de sa profession la photographie couleur. Petit à petit, Jacques décide de troquer sa caméra Super 8 contre un appareil photo après avoir été initié à cette nouvelle activité. Il gagne un concours photo du magazine anglais Photography en 1977 grâce à un cliché pris dans la jolie ville bleue de Chefchaouen.

 

Cover of the English magazine Photography. Photograph by Jacques Joffre, Stroll in Chafchaouen, 1977

Une du magazine anglais Photography.
Photographie de Jacques Joffre, Balade à Chefchaouen, 1977

Une passion née au Maroc

Tout a commencé au Maroc dans les années 70. Jusqu’alors enseignant en chimie à l’université de Rabat, Jacques se lie d’amitié avec un de ses collègues de l’université pratiquant en parallèle de sa profession la photographie couleur. Petit à petit, Jacques décide de troquer sa caméra Super 8 contre un appareil photo après avoir été initié à cette nouvelle activité. Il gagne un concours photo du magazine anglais Photography en 1977 grâce à un cliché pris dans la jolie ville bleue de Chefchaouen.

 

Cover of the English magazine Photography. Photograph by Jacques Joffre, Stroll in Chafchaouen, 1977

Une du magazine anglais Photography.
Photographie de Jacques Joffre, Balade à Chefchaouen, 1977

Le succès d’un premier logiciel

C’est en découvrant progressivement les innovations dans le domaine que Jacques décèle quelques problèmes quant à l’exposition lumineuse. La photo panoramique 360° ne permet pas une optimisation de la luminosité, les zones d’ombres et les zones très lumineuses entachent le rendu final. Pour pallier ce problème, Jacques propose à ses élèves de mener avec lui une recherche dans le but de développer un logiciel de création d’images HDR. C’est ainsi que Photomatix voit le jour, se basant sur trois photos prises avec des expositions différentes, la technologie harmonise ainsi la dynamique lumineuse de chaque partie de la photo. Le logiciel connait un vrai succès.

Portrait de Jacques, fondateur et gérant

Portrait de Jacques Joffre, 2013

Le succès d’un premier logiciel

C’est en découvrant progressivement les innovations dans le domaine que Jacques décèle quelques problèmes quant à l’exposition lumineuse. La photo panoramique 360° ne permet pas une optimisation de la luminosité, les zones d’ombres et les zones très lumineuses entachent le rendu final. Pour pallier ce problème, Jacques propose à ses élèves de mener avec lui une recherche dans le but de développer un logiciel de création d’images HDR. C’est ainsi que Photomatix voit le jour, se basant sur trois photos prises avec des expositions différentes, la technologie harmonise ainsi la dynamique lumineuse de chaque partie de la photo. Le logiciel connait un vrai succès.

Portrait de Jacques, fondateur et gérant

Portrait de Jacques Joffre, 2013

L’envie constante d’entreprendre

Toujours animé par le challenge, Jacques souhaite aller plus loin et voit une vraie opportunité dans le futur du HDR. La méthode traditionnelle de création d’images HDR comporte en effet une limite. Le laps de temps entre la prise des trois photos à expositions différentes engendre des trainées fantomatiques lorsqu’il y a du mouvement. Cette méthode implique donc que les sujets soient statiques et la prise de vue immobile.

Amateur d’astrophotographie, l’entrepreneur s’intéresse par ailleurs aux techniques, si particulières, utilisées pour photographier les objets du ciel profond. Afin de capturer une galaxie ou une nébuleuse de ce ciel nocturne, les expositions sont en effet longues, de quelques minutes à plusieurs jours. Lui vint alors l’idée d’utiliser la vidéo pour traiter en HDR non seulement des sujets en mouvement, mais également des prises de vue sombres.

« Je me suis donc inspiré de cette manière de traiter l’image tout en sachant que le mouvement du ciel serait foncièrement différent de celui d’une danseuse. »

En savoir plus sur la technologie
Jacques collabore avec des chercheurs du LIRMM, spécialistes du traitement d’images, pour donner naissance à cette nouvelle technologie, et faire entrer le HDR dans le monde de la vidéo. Les logiciels HDRinstant et Archive’Up voient le jour. Tandis que le premier permet d’extraire une image en HDR depuis une séquence vidéo, le second traite toutes les vidéos tournées avant l’ère du HDR pour les convertir dans ce format si prometteur.
Logo_Archive'Up_Nom_Slogan_1000x360

L’envie constante d’entreprendre

Toujours animé par le challenge, Jacques souhaite aller plus loin et voit une vraie opportunité dans le futur du HDR. La méthode traditionnelle de création d’images HDR comporte en effet une limite. Le laps de temps entre la prise des trois photos à expositions différentes engendre des trainées fantomatiques lorsqu’il y a du mouvement. Cette méthode implique donc que les sujets soient statiques et la prise de vue immobile.

Amateur d’astrophotographie, l’entrepreneur s’intéresse par ailleurs aux techniques, si particulières, utilisées pour photographier les objets du ciel profond. Afin de capturer une galaxie ou une nébuleuse de ce ciel nocturne, les expositions sont en effet longues, de quelques minutes à plusieurs jours. Lui vint alors l’idée d’utiliser la vidéo pour traiter en HDR non seulement des sujets en mouvement, mais également des prises de vue sombres.

« Je me suis donc inspiré de cette manière de traiter l’image tout en sachant que le mouvement du ciel serait foncièrement différent de celui d’une danseuse. »

Jacques collabore avec des chercheurs du LIRMM, spécialistes du traitement d’images, pour donner naissance à cette nouvelle technologie, et faire entrer le HDR dans le monde de la vidéo. Les logiciels HDRinstant et Archive’Up voient le jour. Tandis que le premier permet d’extraire une image en HDR depuis une séquence vidéo, le second traite toutes les vidéos tournées avant l’ère du HDR pour les convertir dans ce format si prometteur.
En savoir plus sur la technologie
Logo_Archive'Up_Nom_Slogan_1000x360

Consulter D’autres articles